FABULATIONS ET VAGABONDAGES AU QUOTIDIEN

Elvire Bastendorff, Ruth Baettig, Paola Junqueira, François Paire, Pierre Petit, Brigitte Zieger
29.01.2005 au 19.03.2005

Pour tenter de cerner la complexité du réel, Philippe Cazal détourne les codes et objectifs avoués ou cachés du marketing et de la publicité. Les médias sont ses sources d’inspiration. Au mot ordre, il préfère les mots en désordre : untitled, untilted, tilt, united… En transformant sa signature en logo, il est devenu dès 1985 une image de marque. Son travail pose la question de l’art et du rôle de l’artiste : être artiste pourquoi ? pour quoi faire dans un monde où la communication est essentiellement au service du marché, où le vide qui sommeille (vide social, politique, esthétique...) entre toutes les couches d’images, d’informations, rend l’accès au sens difficile voire inutile ? "Nous avons tous vue sur les mêmes choses, explique Cazal, mais nous ne voyons pas les mêmes choses. Beaucoup de choses dépendent de la disponibilité qu’on leur accorde : disponibilité aux couleurs, formes, bruits, odeurs, etc. Cet ensemble constitue l’espace collectif. Il est partagé par tous, parce qu’il envahit l’espace urbain, mais c’est sans partage, car cette situation n’amène pas forcément une communication en relation directe avec l’autre."

Elvire Bastendorff, Les nouvelles sirènes