Depuis une trentaine d'années, Nathalie Talec a investi un large territoire, celui du froid - des expéditions polaires aux courses des alpinistes - et de la survie en milieu extrême, qu'elle s'approprie et met en scène de manière ludique, protéiforme et autofictionnelle. Pour l'exposition " Première étoile, dernier flocon ", elle a notamment produit une nouvelle pièce : un mur de 100 gourdes en aluminium à son effigie d'exploratrice. Elles sont vendues à l'issue de l'exposition.

 

Nathalie Talec, " Sans titre ", 2017, gourdes et autocollants
Edition numérotée et signée
60€
Exposition de référence: 
Nathalie Talec, " Sans titre ", 2017. Vue d'exposition " Première étoile, dernier flocon " par Aurélien Mole